La réalité virtuelle et le sexisme au travail

Une nouvelle étude sur les développeurs de software a confirmé ce que les femmes savent déjà trop bien : les préjugés sexistes ont de grandes conséquences sur leur lieu de travail.

Cette étude était focalisée à savoir si les codes rédigés par les femmes sont aussi reconnus que les codes écrit pas les hommes. Les développeurs acceptent 71,8% du code écrit par des femmes si ils ne connaissent pas le sexe de la personne qui a rédigé ce code. Mais lorsque le sexe a été rendu publique, les taux de reconnaissance pour les femmes ont chuté à un peu plus de 62%.

Ces résultats sont exaspérants, mais ils ne sont pas surprenants. Une autre expérience récente, était de donner aux scientifiques de l’Université de Yale les exacts mêmes CV, mais avec des noms fictifs masculins et féminins. Les scientifiques ont proposé plus d’offres d’emplois et des salaires plus élevés aux demandeurs d’emploi aux CV composés de noms masculins.

Heureusement, le monde des nouvelles technologies est, on l’espère, sur la voie pour trouver une solution. La réalité virtuelle pourrait être la solution à un nouveau type d’embauche.

Katerine Zaleski a essayé un casque de réalité virtuelle lors d’une conférence sur le capital-risque à San Francisco l’an dernier. Le logiciel l’a instantanément transporté dans un paysage unique. Dans cette expérience, Katerine jouait le rôle d’un chauffeur de camion qui avait comme mission de transporter des marchandises à travers un champ de cratères. Et c’est cet élément déclencheur qui a donné à Katerine un tout autre point de vue. La réalité virtuelle a incité les interlocuteurs à valoriser purement les capacités mentales de Katerine et non pas ses capacités physiques.

Ce qui nous apporte à cette question : Si les femmes pouvaient utiliser la réalité virtuelle pour masquer leur sexe au cours des entrevues d’emploi, verrions-nous plus d’égalité dans l’embauche?

Voici comment un processus d’embauche du type « blind-date » pourrait fonctionner. En tant que gestionnaire d’embauche, je reçois une liste de candidats qui avaient déjà été testés pour leurs compétences par le biais des revues de code. Ces candidats ne seraient identifiables que par leurs « surnoms » et non plus par leur noms réels.

J’invite les candidats, sous la forme d’avatars, à s’asseoir avec moi pour une entrevue où nous nous verrons les uns les autres dans le même espace virtuel à travers nos casques VR. Les candidats peuvent utiliser les avatars qu’ils souhaitent (hommes, femmes, ou autres avatars originaux).

Les seuls personnes connaissant le véritable sexe des candidats seraient les personnes des ressources humaines pour des fins de vérification d’authentification, mais pour ma part je ne saurais le sexe de la personne qu’après l’embauche.

Il y a déjà eu un précédent de ce genre dans le passé. Pendant des décennies, les orchestres aux États-Unis embauchaient beaucoup plus d’hommes que de femmes. Puis, dans les années 1970 et 1980, les cinq plus grands orchestres symphoniques des États-Unis ont commencé à mettre en place des écrans derrière lesquels les candidats faisaient leur audition. Les données recueillies ont montré que les écrans ont augmenté la probabilité qu’une femme soit prise à plus de 50%.

PowerToFly est une entreprise qui existe déjà et qui propose une solution équivalente. La plupart des femmes qui passent un entretient ne rencontrent leur bosse qu’au moment de l’embauche.

Les cas contraires existent aussi. Un vice-président chez Hearst récemment contacté PowerToFly pour savoir s’il était possible de trouver plus d’employés hommes, alors que son équipe est désormais composée presque entièrement de femmes. Ce VP aime interviewer les candidats via des messages texte. Il dit que c’est le meilleur moyen à date pour lui de savoir si les personnes ont les compétences nécessaires. Mais les textos sont une façon trop unidimensionnelle pour apprendre à connaître quelqu’un.

Il est temps que le monde de la technologie utilise ses propres inventions, et notamment la réalité virtuelle pour résoudre des préjugés tels que l’égalité des sexes au travail.

 

Partager : Journée Mondiale de la Femme – Réalité Virtuelle 360

Commentaires Facebook
LES NEWS VR/AR EN UN SEUL CLIC !
Abonne-toi à notre info-lettre et reçois toutes les dernières actualités sur la réalité virtuelle et la réalité augmentée !